fbpx
L'Élevage

Les antibiotiques : pas automatiques dans les élevages de volailles !

Partager cet article

Moins 68 % d’antibiotiques utilisés en 10 ans

Grâce à l’amélioration du bien-être des volailles et à leur suivi quotidien, la filière avicole française a baissé de près de 68 % l’utilisation des antibiotiques dans les élevages français en 10 ans, entre 2011 et 2021 (Source : Anses nov. 2022). Cette évolution remarquable montre l’incroyable énergie que mettent les professionnels à améliorer en permanence les conditions d’élevage de leurs animaux. Ils ont même dépassé l’objectif qu’ils s’étaient fixé dans leur Pacte Ambition Anvol 2025 : atteindre -60 % d’antibiotiques en 2025 comparé à 2011.

Pas de résidu d’antibiotiques dans les volailles commercialisées

L’amélioration de la maîtrise des conditions d’élevages permet de diminuer l’utilisation des antibiotiques, auxquels les éleveurs ont uniquement recours pour soigner les animaux confrontés à une maladie ou une infection. S’il est nécessaire de les soigner, ils font appel à un vétérinaire qui a la possibilité de prescrire les médicaments nécessaires pour une durée limitée. Lorsqu’un traitement est administré, les éleveurs ont ensuite l’obligation de respecter un délai minimal entre son arrêt et la commercialisation des volailles soignées. Cette mesure assure que tout éventuel résidu de médicament soit totalement éliminé par l’animal avant sa mise sur le marché. Les volailles proposées à la consommation ne contiennent donc pas d’antibiotiques.